Live Report : SLIPKNOT à l’AccorHotels Arena (Paris)

SLIPKNOT avait donné rendez-vous à ses fans à l’AccorHotels Arena en ce jeudi 30 janvier. La soirée démarrait par un concert de BEHEMOTH. Mais malheureusement la première partie terminait à 20:00, heure à laquelle je pénétrais seulement dans l’enceinte de Bercy après avoir passé les portiques de sécurité. Dommage…

Il est 21:00 lorsque le concert de SLIPKNOT démarre après avoir entendu le titre « For Those About to Rock (We Salute You) » d’AC/DC. La scène est imposante. Les deux avancées qui sont en prolongement de chaque côté de ce qu’on pourrait appeler le premier étage du décor, permettent de soutenir les deux postes de percussions via un énorme pilier illuminé. Chaque espace est recouvert d’un écran, y compris les fûts des percussions. Ce qui va permettre au groupe d’y afficher des décors animés pour soutenir les ambiances des titres ou des paroles. Bien entendu les lumières viendront également renforcer ces ambiances avec parfois des couleurs puissantes et uniformes.

SLIPKNOT comme beaucoup de têtes d’affiche en ce moment, a pris le parti de faire des pauses tous les 3 ou 4 titres. Chaque pause laisse place à d’autres ambiances sonores qui servent au groupe de transition pour chaque chapitre de la setlist. Je ne suis pas personnellement trop fan de ces coupures, car selon moi, ça fait surtout retomber l’intensité que l’enchainement des titres produit en concert. Mais bon, c’est pas forcément le détail le plus important de la soirée… 🙂

Mais revenons, après cette description de la scène au concert lui même. Et c’est avec « Unsainted » que SLIPKNOT entame la soirée. Le groove du titre accroche tout autant sur scène que sur album. Mais le son n’est pas encore parfait et va devoir être adapté au cours des premiers titres. Ce qui est toujours un peu le cas malheureusement pour les concerts se déroulant à Bercy. La taille de la salle et son rôle premier, une salle omnisports, empêche d’avoir un son maitrisé et donne pas mal de Reverb générale d’ambiance.

Sur scène, les positions sont respectées et tous secouent la tête en rythme. « Tortilla Man » se démène sur scène ou au micro pour renforcer la voix de Corey Taylor. Le clown semble un peu plus distant ce soir mais qui ne pourrait l’être en sachant l’épreuve qu’il traverse…. (ndlr: Shawn Crahan a perdu sa fille de 22 ans en Mai dernier). Sid Wilson avec son nouveau masque et sa grande tunique, cape, manteau, arpente toujours la scène avec ses pas de danses si particuliers.

Corey Taylor fera l’effort à plusieurs reprises, de lâcher quelques mots en français, ce qui a aussi le mérite d’encourager encore plus les fans qui vont s’en donner à coeur joie tout au long des 1h45 de show. En effet, même si la fosse avait été partagée avec un Carré Or pour la 10aine de premiers rangs, la fosse bouge de partout. On verra d’ailleurs même du Circle Pit au milieu de cet AccorHotel Arena.

SLIPKNOT va piocher dans ses classiques pour un set ultra efficace. Et on retrouve donc tout naturellement « Before I Forget« , « Psychosocial » ou encore « Wait and Bleed« . Et malgré les pauses le concert défile à une vitesse incroyable. Ce qui est plutôt bon signe même si on arrive très vite à se dire qu’on aimerait tellement en avoir plus… Tout est ultra carré, tout est ultra bien ficelé. Les interventions de Corey Taylor pour encourager les fans sont ni trop longues , ni trop courtes, de quoi simplement motiver les plus excités à en donner encore plus, pour obtenir plus qu’un concert, un véritable évènement.

Après « Duality« , la salle est plongée dans le noir, annonciateur des rappels. Trois derniers titres pour une fois de plus voir la fosse ou les fosses exploser et remuer dans tous les sens. Les bras se lèvent une fois de plus dans les gradins. Et tous, reprenant les refrains en coeur et notamment sur « People = Shit » qui fera une nouvelle fois l’unanimité auprès des fans pour son efficacité et la claque qu’il met à tous. Et pour clôturer cette soirée, « Surfacing » viendra achever tout le monde et les laisser les fans repartir avec pas mal de belles images en tête.

SLIPKNOT aura démontré une nouvelle fois ô combien il était fort et puissant sur scène et devant un public toujours plus nombreux.

 

xWebbYx

xWebbYx

Rédacteur en chef et administrateur de TRexSound.com.

Une pensée sur “Live Report : SLIPKNOT à l’AccorHotels Arena (Paris)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.