Live Report : KADAVAR & MONOLORD au Métronum (Toulouse)

C’est parti pour mon 1er concert « toulousain ».

Alors que j’ espérais voir Annihilator fin octobre le groupe avait annulé sa tournée suite au décès de Randy Rampage (ancien chanteur du groupe qui aurait du participer à la tournée), et à des problèmes de Passeport pour Jeff Waters, l’empêchant de pouvoir jouer au Royaume Uni, 1 + 1 = 0 …

Au passage Annihilator a donné ses nouvelles dates pour la tournée 2019 (pour Toulouse on passe du 31/10/2018 au 30/10/2019).

Revenons en à nos moutons ! C’est donc a la découverte de Monolord et Kadavar que je pénètre dans cette superbe salle du Métronum.

Le Metronum a été inauguré en janvier 2014. Il y a une grande salle de 600 places, et une autre plus intimiste de 200. Avec en bonus une « cour » extérieure pour se dégourdir les jambes (et s’oxygéner) entres les sets.

La salle est comme neuve, le bar est grand et offre du choix à un tarif battant toute concurrence ! (5€ la pinte de Kro) ça me change de Paris.

20:30 ça démarre, les suédois de Monolord entrent en scène. C’est du Stoner, du son bien lourd comme je l’aime. La salle qui était assez vide s’est remplie d’un seul coup !

Ça head bang, le cheveux est long ce soir à Toulouse, que ce soit sur la scène ou dans la fosse.

45 minutes plus tard les 3 suédois rendent la scène (pas de roadie ils font ça eux mêmes).

21:40 les allemands de Kadavar prennent la suite avec leur hard rock psychédélique ! Un son super chaleureux, le genre de musique à écouter en live ou en vinyle, ce petit coté rétro et chaleureux que seul ce support peut rendre.
Le public apprécie, ça bouge (ça headbang). Je me place au 1er rang sans aucune difficulté j en profite pour faire quelques photos. Voir un concert dans ces conditions c’est assez incroyable quand même.

Les 3 spécimens sont bien rodés, leurs cheveux longs, leur look rétro leur va parfaitement, à noter les 2 ventilateurs derrière le batteur Christoph « Tiger » Bartelt qui donne un bel effet à son jeu de scène.

Il est presque 23h, nous arrivons à la fin du set, et le chanteur guitariste Christoph « Lupus » Lindemann revient sur scène pour nous annoncer « 2 more songs before release you into the night », belle ambiance.

Et voilà c’est terminé pour cette 1ère soirée toulousaine, j’ai hâte de la suivante !
Olivduff

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.