Live Report : MARILYN MANSON à l’AccorHotel Arena (Paris)

C’est devant un AccorHotels Arena un peu réduit en taille que MARILYN MANSON s’est produit en ce lundi soir, le 27 novembre pour être précis. Le concert événement était attendu de longue date par les fans de la star américaine aux influences indus métal rock, et j’en passe, et ils étaient donc motivés comme il se doit pour la recevoir.

Et c’est un peu avant 21:30 que le concert démarre pour 1:30 de show ou plutôt d’un spectacle signé MARILYN MANSON, tant il soigne aussi bien la musique que la décoration et tout ce qui se passe sur scène. Malheureusement MARILYN MANSON, depuis son accident en Septembre dernier, un élément du décor lui étant tout simplement tombé dessus, est handicapé par une jambe cassée. Ce qui le contraint à se traîner un moulage plastique contraignant et l’immobilisant sur scène.

Mais c’est sans compter le génie de l’artiste qui le met en scène en s’accompagnant de deux faux chirurgiens, en tenue verte avec un masque sur la bouche et le nez, prêt pour une opération d’urgence, pour lui permettre de se mouvoir vers le devant de la scène et de se changer pour revêtir ses différentes tenues qu’il a l’habitude d’arborer pendant ses concerts. Ce qui malheureusement entrainera quelques blancs un peu plus longs entre les morceaux mais MARILYN MANSON est un tout, visuel et sonore, où rien ne doit être sacrifié. Il commencera d’ailleurs le concert sur une chaise roulante lui permettant électriquement de se mettre en position debout. Et même diminué le frontman ne sacrifie rien à la mise en scène, aux ambiances et se donne à fond. Il se tord dans tous les sens sur un lit d’hôpital ou frappe son pied de micro violemment sur le sol. L’effet et la présence du chanteur sont garanties et même s’il ne peut se jeter un peu partout sur la scène, il capte l’attention de ses fans qui l’applaudissent avec entrain.

Niveau musique, le quatuor qui l’accompagne assure le groove et joue le jeu pour remplir le devant de la scène qui aurait pu paraître vide avec l’aspect quasi immobile de MARILYN MANSON. Ça joue extrêmement bien et c’est extrêmement précis. Le groupe est aux ordres du chanteur qui les fait parfois arrêter en plein milieu d’un dernier refrain pour entendre le public chanter. On aura le droit à une partie de ses meilleurs titres et quelques nouveautés avec « Kill4Me » et « SAY10 », mais surtout l’incroyablement efficace « The Beautiful People ».

La décoration de la scène est simple mais travaillée. Les fonds de scène tombent pour laisser place à différents fond graphiques soutenus par un éclairage très ambiant, renforcé par énormément de fumée. L’emplacement du groupe est original avec une batterie et une basse sur la droite, les deux guitaristes sur la gauche, laissant à MARILYN MANSON la place nécessaire pour ses déplacements rendus compliqués avec son handicap.

MARILYN MANSON étant MARILYN MANSON, un artiste à part, unique, le concert va se terminer de manière surprenante. En effet alors que le groupe vient de terminer le titre « Coma White », la salle est plongée dans le noir, une musique d’ambiance, un fond sonore avec la voix de MARILYN MANSON, se fait entendre comme pour annoncer un enchainement, mais la musique s’arrête les lumières s’allument et c’est terminé. MARILYN MANSON a quitté la scène, certains fans sont surpris, voir déçus, c’est passé très vite, trop vite pour certains.

 

xWebbYx

xWebbYx

Rédacteur en chef et administrateur de TRexSound.com.

Laisser un commentaire