Live Report : MONSTER MAGNET au HELLFEST 2017

English version below, click here

L’horloge sonne minuit et MONSTER MAGNET se lance, face à des fans enthousiastes, dans une performance éblouissante avec « Dopes To Infinity » de l’album éponyme.

La plupart des chansons jouées par le groupe étaient du « Space Rock », un mélange de rock psychédélique et stoner et de heavy metal, avec des influences seventies comme BLACK SABBATH et DEEP PURPLE.

MONSTER MAGNET a débuté sa carrière à Red Bank, New Jersey en 1989. Le chanteur et guitariste Dave Wyndor, un des membres fondateurs du groupe, fait souvent référence aux Comics dans ses paroles.

MONSTER MAGNET a joué une gamme complète de titres puissants, survolant plus de deux décennies, avec des titres tels que « Radiation Day » tiré de l’album, sorti en 2004, « Monolithic Baby! » et « Powertrip » quant à lui tiré de l’album éponyme et sorti en 1998 . Ca a été le bonheur complet pour le public lorsque le dernier titre, « Space Lord » a retenti, laissant les fans en extase et désireux d’en avoir plus.

Et bien sûr, le grand final, impliquant des solos et trois guitares levées vers le ciel, dans la plus pure tradition du rock américain.

Et n’oubliez pas le fil d’actualités pour ne rien rater, notamment les VOD ! Tout est dispo en suivant ce lien.

English Version

The clock struck midnight and Monster Magnet started off a mind-blowing performance to a crowd of eager fans with « Dopes To Infinity » off the self-titled album.

Most of the songs the band played were in the style of « space rock, » a combination of psychedelic and stoner rock and heavy metal, with 1970s influences such as Black Sabbath and Deep Purple.

Monster Magnet began in Red Bank, New Jersey in 1989. The lead singer and guitarist Dave Wyndorf, one of the band’s founders, often uses comic book references in his lyrics.

Monster Magnet played a full range of powerful tracks spanning over two decades, such as Radiation Day off Monolithic Baby! (2004) and the title track off Powertrip (1998). The audience was in complete bliss when the final song, Space Lord, came on, which left so many dedicated fans ecstatic and wishing for more.

And of course, the grand finale involved solos and 3 guitars up in the air, in the truest sense of American rock’n’roll.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.