Live Report : DEEP PURPLE au HELLFEST 2017

English version below, click here

Pour une deuxième année, le HELLFEST a accueilli l’un des Monstres du Rock – DEEP PURPLE – ouvrant avec « Time for Bedlam » du nouvel album, « Infinite ».

Alors que d’autres groupes se sentaient pressés de s’adapter au cours des années, DEEP PURPLE continue de faire ce qu’ils font le mieux – faire de la musique rock à leur façon. À travers les vocaux légèrement usés de Jan Gillan et la folie des techniques de clavier de Don Airey, le groupe se lance dans « Fireball », et on nous rappelle pourquoi DEEP PURPLE faisait partie du Big 3 qui a jeté les bases de ce qui deviendrait le Hard Rock moderne et le Métal.

En passant par « Strange Kind of Woman », le groupe poursuit avec « Uncommon Man » (écrit en hommage à Jon Lord, le claviériste et cofondateur de DEEP PURPLE), et choisit alors un titre plus gai avec le blues de « Lazy », et se lançant alors dans « Birds of Prey » tiré de leur nouvel album, « Infinite ».

Si je n’avais pas su leur âge, j’aurais supposé que le groupe était dans la trentaine – leur musique et leurs talents sont intemporels, ou j’ose dire – infinie.

Et n’oubliez pas le fil d’actualités pour ne rien rater, notamment les VOD ! Tout est dispo en suivant ce lien.

Deep Purple Setlist Hellfest 2017 2017, The Long Goodbye

English Version

For a second year, Hellfest has hosted one of the Monsters of Rock – Deep Purple – opening with « Time for Bedlam » from the new album, Infinite.

While other bands felt pressured to adapt over the years, Deep Purple continues doing what they do best – make rock music their way. Through the slightly worn vocals of Jan Gillan and the lunacy of Don Airey‘s keyboard skills, the band launches into « Fireball, » and we are reminded why Deep Purple were part of the Big 3 that laid the foundation for what would become Modern Hard Rock and Metal.

Going from « Strange Kind of Woman, » the band segways into « Uncommon Man » (written about Jon Lord, the keyboardist and co-founder of Deep Purple), then picks the mood up with blues-sounding jam « Lazy, » then lauching right into Birds of Prey off their new album, Infinite.

If I had not known their age, I would have assumed the band was in their 30s – their music and talent are timeless, or dare I say – infinite.

 

Deep Purple Setlist Hellfest 2017 2017, The Long Goodbye

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.