Live Report : AMON AMARTH & TESTAMENT au Casino de Paris

Et voilà c’était en Lundi 7 Novembre que le Vikings débarquaient une nouvelle fois à Paris. AMON AMARTH qui jouait en tête d’affiche devant un Casino de Paris presque plein, avait eu la bonne idée d’amener avec lui TESTAMENT, pour une soirée bien Metal.

C’est donc vers 19h50, que Chuck Billy et sa bande déboulaient sur scène avec un « Brotherhood of the Snake » tonitruant, tiré du nouvel album du même nom, avant d’enchainer sur l’excellent « Rise Up » toujours aussi efficace sur scène. TESTAMENT qui n’avait que faire de savoir s’il est en tête d’affiche ou pas, se donne sans limite et fait le show. Le groupe produit avec toujours la même qualité un set forcément plus court mais ultra accrocheur.

On appréciera particulièrement les titres « Pale King » et « Stronghold » toujours tiré de ce dernier album, décidément ultra efficace et qui font mouches avec ce mélange d’influences classiques du Thrash et ce côté moderne que TESTAMENT a su ajouter au fil du temps. Eric Peterson est toujours aussi bon avec sa six cordes et ce n’est pas Alex Skolnick qui va garder les doigts dans les poches et va également nous sortir de très bon solos pendant tout le concert. Alex fera également un tour en bas de la scène en plein milieu d’un solo. En effet, voulant comme à son habitude s’approcher au plus prêt du public pendant son solo, le pauvre bascule dans la fosse. Mais il se relève, aidé par un roadie et la sécurité, tout va bien, il remonte sur scène et c’est reparti. La classe quoi !

Alors que le groupe ne va avoir que 10 morceaux pour son show, TESTAMENT réussit tout de même à nous donner quelques bons extraits de sa discographie, ou tout du moins de « The New Order » sorti en 1998, avec notamment « Disciples of the Watch » ou encore « Into the Pit« . Le groupe terminera son show avec « The Formation of Damnation » ultra agressif et accrocheur pour donner une dernière gifle au public qui les a bien soutenu tout au long du concert.

Après une pause d’une 30aine de minutes pour mettre en place la scène et son décor, AMON AMARTH est prêt à monter sur scène. Une introduction pause l’ambiance et prépare le terrain pour le débarquement des Vikings très attendu par un Casino de Paris qui n’aura cesse de se faire entendre. Et des les premiers accords de « The Pursuit of Vikings« , la salle se déchaine et fait honneur au combo suédois.

Bien entendu, le groupe a apporté avec lui ce fameux décor fait d’un casque de viking gigantesque où est perchée la batterie de Jocke Wallgren. Johan Hegg, le frontman du groupe, se place au devant de la scène et s’adresse au public avec les quelques mots de français qu’il maitrise pour les encourager à célébrer la fête viking que le groupe s’apprête à donner. Et pendant 1h45, AMON AMARTH va faire le show, entre le pur concert de Metal et un spectacle viking vivant ou le groupe pioche toutes ses influences.

La scène est vierge de tout ampli caché dans ce casque planté au milieu de la scène et dont les cornes surplombent des escaliers permettant au groupe d’en faire le tour ou de se positionner au dessus du batteur. Tout le concert est parfaitement maitrisé et les musiciens se promenant un peu partout sur la structure offre une mise en scène incroyablement prenante. Le groupe fera également appels à deux figurants revêtus d’un costume de viking et venant s’affronter sur scène pendant le concert du groupe, pour aller un peu plus loin dans cette mise en scène qu’on retrouve souvent dans les vidéos du groupe.

AMON AMARTH va bien entendu délivrer un set en forme de best-of, comprenant l’efficace « First Kill » ou l’agressif « On a Sea of Blood« . On aura également droit à « Father of the Wolf » avec la présence de Loki sur scène, un autre déguisement pour toujours renforcé le côté spectacle tant apprécié par les fans qui crient, hurlent et se déchainent dans toute la salle.

Le temps passe si vite qu’arrive très vite le premier rappel « Raise Your Horns« , cet hymne viking qui emballe une nouvelle fois le public avec son refrain très très accrocheur. Le concert se terminera en beauté avec un autre titre ultra efficace « Twilight of the Thunder God« .

Le concert fut intense et le groupe toujours fidèle à son image, humble, efficace et proche de son public, comme peut l’être les nordiques. Encore un bon concert à Paris qu’il ne fallait pas rater. Et si vous n’étiez pas sur place, ne ratez pas ces deux groupes dans leurs prochaines tournées.

« 2 de 2 »
xWebbYx

xWebbYx

Rédacteur en chef et administrateur de TRexSound.com.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.