Chronique : BATTLECROSS – Rise to Power

BATTLECROSS, l’artillerie lourde du thrash/death de Detroit (Michigan) est un véritable monstre. Après une intense tournée intitulée « Summer of Doom » de deux mois avec CROWBAR, ils n’ont pris qu’une courte pause pour mettre la touche finale à leur  dernier album qui est sorti il y a quelques jours. Et le groupe est déjà reparti en tournée en Amérique du Nord avec leurs amis de GWAR et BUTCHER BABIES, donnant jusqu’à 11 concerts d’affilés avant de prendre une journée de repos.

TRexSound.com était au Heavy Montréal Festival pour voir BATTLECROSS en Live. Et, depuis sa récente sortie dans les bacs, je n’arrête pas d’écouter en boucle leur nouvel album intitulé « Rise To The Power ». Voici mon avis sur leur dernier album et quelques photos du concert à Montréal.

BATTLECROSS : « Rise to Power »

Le métal en Amérique du Nord a tout récemment connu un manque de soutien de ses fans. Trop de nouveaux albums semblent être allés directement dans les catégories de clones de DILLINGER ESCAPE PLAN, ACACIA STRAIN ou bien dans le Nu Metal. En revanche, BATTLECROSS semble assez fort pour ne pas tomber dans ce piège et de ne pas tenir compte de la scène autour d’eux et de fait, se forger sa propre identité et d’évoluer musicalement tout au long de leur carrière. Le troisième album du groupe, « Rise To The Power » lancé via le label Metal Blade Records le 21 août dernier, incarne la progression du groupe. L’album est un mur du son rempli de changements, de vibrations et d’émotions diverses. Des mélodies accrocheuses, dépassent les sons pesants de la basse et de la batterie. Kyle « Gumby » Gunther ouvre un peu son registre vocal, s’élevant parfois au-dessus du reste de la musique. Sur le titre « Spoiled And Scars », il semble perché comme un Dieu grec, hurlant des ordres du sommet d’un nuage inquiétant, en direction d’une bataille forcément monumentale. Cet album est terrible et rempli de groove.

Où BATTLECROSS impressionne le plus sur cet album, c’est dans la section des cordes. Continuant à repousser leurs limites, les guitaristes Hiran Deraniyagala et Tony Asta sont un tandem incontournable, ils tirent le meilleur de chaque note, à chaque seconde sans jamais paraitre comme trop indulgents. Sur ses cinq cordes, le bassiste Don Slater propose une performance absolument captivante avec un flux cadencé d’intensité qui le voit devenir un des bassistes émergents les plus prometteurs de la planète.

Le groupe ne perd jamais son caractère mélodique qui les définit véritablement et qui se retrouve dans le son thrash de l’album. Le premier titre « Blood and Lies » offre un interlude tandis que le dernier « The Path » laisse place à une intro envoûtante et acoustique accompagnée, d’une harmonie dansante et dynamique, qui s’enchaine par la suite avec des riffs de guitares parmi les plus épiques que le groupe nous aient délivré jusqu’à présent.

« Rise To The Power » est l’un des albums les plus frais, équilibré et le plus complet qui soit sorti cette année, ces gars-là sont en bonne voie. Si vous ne l’avez pas encore écouté, achetez-le maintenant !

Vous avez déjà écouté « Rise To The Power » ? Vous attendez de voir BATTLECROSS lors de la prochaine tournée du groupe ? Dites-nous tout dans la section commentaires ci-dessous ! \m/

Chris Bubinas
(Traduction: Renée Houle)

TRexSound Rating:

Battlecross-Rise-to-PowerTrack listing

No. Titre Durée
1. « Scars » 3:01
2. « Not Your Slave » 3:32
3. « Absence » 3:22
4. « Spoiled » 3:05
5. « The Climb » 3:37
6. « Blood & Lies » 3:44
7. « Bound by Fear » 3:42
8. « Despised » 3:46
9. « Shackles » 3:54
10. « The Path » 4:09
Total : 35:54

Line up:

Kyle « Gumby » Gunther – Chant
Tony Asta – Guitare
Hiran Deraniyagala – Guitare
Don Slater – Basse
Alex Bent – Batterie, Percussions

Extraits:



HEAVY MONTREAL Festival, Galerie:

Pour en savoir plus: https://www.facebook.com/battlecrossmetal

[ENGLISH]

Battlecross, the thrash/death heavies from Detroit, Michigan are absolute beasts. After an intense two-month “Summer of Doom” tour with Crowbar, they took a short break to put the finishing touches on their latest album which was just released this week. Now they’ve already embarked on another tour of North America with their friends GWAR and Butcher Babies, at times playing eleven nights in a row before catching a rest day.

TRexSound was there to see Battlecross perform at Heavy Montreal earlier in the month and have been listening to their new album, Rise to Power, non-stop this week. Here is the low-down on their latest release and some killer photos of the show in Montreal.

Battlecross: Rise to Power

Metal in North America, particularly the youth movement, has been in a bit of a rut lately. Too much new material lately seems to fall into the categories of Dillinger Escape Plan clones, Acacia Strain clones or Nu Metal. Battlecross on the other hand, seem hell bent to disregard the scene around them, and forge their own identity and evolve their musical chops along the way.

The third album from the band, Rise to Power, released on Metal Blade records on August 21st, embodies the band’s progression. The album is a galloping, pulsating, colorful wall of sound. Crisp, soaring riffs rise above the chunky bass and drum foundations. Kyle “Gumby” Gunther opens up the vocal range a bit, at times soaring above the rest of the music. On tracks like Spoiled and Scars he seems perched like a Greek God, wailing orders from the top of an ominous cloud, raining direction onto a monumental battle waging below. This record is terrific and it is groovy.

Where Battlecross really impress the most on the album is the string section. Continuing to push their limits, guitarists Hiran Deraniyagala and Tony Asta are a tandem to be reckoned with, making the most of seemingly every second while never once coming across as over-indulgent. On the five-string, bassist Don Slater provides an absolutely captivating performance with a lilting and bobbling stream of undercurrent that sees him becoming one of the most promising emerging bassist on the planet.

For all the yummy thrashiness on the record, the band never loses site of the melodic nature that truly defines them. The opening of Blood and Lies provides a interlude while the closing track The Path is nothing short of mesmerizing, as a powerful, vibrant acoustic intro and dancing harmonics play usher to some of the most epic guitar riffs we’ve heard from these guys yet.

Truly one of the freshest, well balanced and most complete front-to-back albums so far this year, these guys are on the right path. If you haven’t heard this one yet, buy it now.

Have you heard Rise to Power yet, hoping to catch Battlecross the next time they’re in town? Let us know in the comments below! \m/

Laisser un commentaire