Live Report : THE BUTCHER’S RODEO, FULL THROTTLE BABY, SPARK GAP au Pacific Rock

29.05.2014 : Spark Gap – Full Throttle Baby – The Butcher’s Rodeo / Pacific Rock – Cergy

Jeudi soir dans la petite salle du Pacific Rock, c’était Rock pêchu à la française ! Dans le cadre du festival Cergy en Scène, et pour la modique somme de 5 euros, l’occasion était donnée d’assister aux concerts de trois groupes qui semblent avoir le vent en poupe.

# SPARK GAP #

C’est aux locaux de Spark Gap, sous la forme désormais d’un power trio, que revient la tâche d’ouvrir le bal ! Avec cette configuration simple et efficace, le groupe va faire preuve durant tout son set d’un investissement et d’une énergie incroyable.
Un set intense, avec Max Muller au chant, qui dans une éruption de décibels, ne sera pas sans faire penser aux heures de gloire de Nirvana. La musique n’est certes pas la même, mais la rage, les sonorités de la guitare qui décollent pour un voyage planant, puis qui redescendent dans une averse rageuse de power chords. Dès les premières mesures, on prend conscience que c’est un moment fort que l’on s’apprête à passer.
La section rythmique de Spark Gap, Fred à la basse et Julien à la batterie se l’arrachent. Avec hargne et férocité. Là aussi l’énergie extraordinaire modèle l’univers de Spark Gap, Grunge, sauce Stoner saupoudré de punk. Made in France.
On a adoré leur EP Fearology, alors vous pensez bien, que les voir jouer des titres qui en sont issus comme en particulier Steady Diamonds, Keep The Suffering Down, ça nous a comblés ! Et pour finir, un cataclysmique The Wall, qui aura planté le clou, pour nous faire définitivement adopter Spark Gap !
Il faudra suivre Spark Gap, ou prendre le risque de passer à côté de ce qui se fait de mieux dans le genre, chez nous.

# FULL THROTTLE BABY #

Disciples de la religion des « 3 B » : Bière, (Moto)Bécane et Bagarre, les gars de Full Throttle Baby, longuement mijotés dans un bouillon de testostérone/bière, arrivent à leur tour sur la scène du Pacific Rock.
Là, ma p’tite dame, on n’est pas dans le détail. Pas dans la finesse, la fioriture… On est plutôt dans le Rock’n’Roll ancestral… Celui qu’avaient forgé nos ancêtres avec les trois accords originels (Mi, La, Ré pour les néophytes…). Celui-là même qui est encore prêché par les évangélistes que sont Lemmy, ou les Ramones avant lui.
Au guidon, Julien. Pas un inconnu, puisqu’il tient la basse dans Bukowski (avec son frère au chant et le désormais incontournable Fred Duquesne). Mais là, chez FTB, c’est le poste de hurleur-bagarreur de compétition qu’il occupe.
Evidemment, friands de ce jus fondateur de notre style musical de prédilection, nous avions là aussi adoré le contenu de l’EP sorti l’année dernière. Et donc, de voir FTP l’exécuter live dans son intégralité (We : The Stupid People, Pool Of Beer, Looking For Cougars, l’énormissime Ride On, Surfin’, ou le tonitruant Crusty Night) nous a permis de passer un grand moment de Rock’n’Roll (ouais ma gueule !).

« 1 de 2 »

# THE BUTCHER’S RODEO #

Pour finir cette superbe soirée bagarre et rock’n’roll, c’est une bonne dose de Hobocore (à vos dictionnaires les amis !), livrée par Vinc (Aqme, Noswad) au chant, Kwet (Strike Back) et Tonio (Seed From The Geisha) aux guitares, Thomas (Vera Cruz) à la batterie, et Junior à la basse.
Si le style est Hobo(core), on est loin d’avoir affaire à des clochards. Outre les faits d’armes et les participations à divers autres groupes ou projets musicaux, les 5 gars de TBR sont de putains de bons musiciens.
Avec bien entendu Vince au chant, qui même si on n’est pas dans le même registre qu’Aqme, là aussi se donne à 300 pour cent, appuyé par une puissance vocale, et une bonne dose de charisme arrosé à l’humour.
Mais les autres ne sont pas en reste. Les guitares sont simplement hallucinantes, dans un style musical où l’on ne s’attend pas forcément à voir des shredders. Pourtant, ça joue méchamment bien. Rythmiques puissantes, et solos envoutés et envolés.
Mention toute particulière à Junior à la basse. Si la basse arrive presque à le cacher, le type connait ses dossiers. Une fois encore, rare de voir un tel niveau dans du clochardcore.
Une set liste intense, avec bon nombre de titres issus du dernier EP, Ghosts In The Weirdest Places (Eye Of The Storm, The Mutiny, Repent & Honor, Spoiler, Blind Army et un final explosif avec The Curve.)
Si d’habitude, les bouchers ont pris l’habitude de descendre dans la fosse avec leur instruments, batterie comprise, pour y jour un morceau, cette fois-ci, enfermée dans un aquarium, la batterie restera sur scène. Cela n’a cependant pas empêché les gars de descendre dans le pit pour un moment intense ! Bagarre !!

Live Report par Nicolas Gaire pour TRexSound.com

xWebbYx

xWebbYx

Rédacteur en chef et administrateur de TRexSound.com.

Une pensée sur “Live Report : THE BUTCHER’S RODEO, FULL THROTTLE BABY, SPARK GAP au Pacific Rock

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.